Accueil

Philippe Roi et Tristan Girard

molécules, odorant, olfaction, odeur, odorat, nez, cellules olfactives, neurone, bulbe olfactif, cellule mitrale, granulaire, glomérule, cil olfactif, chémorécepteurs, chimiorécepteurs, cortex primaire

Professeur André Holley (CNRS)

calculi, tablette comptable, bordereau comptable, Uruk, Mésopotamie, CDLI, Cuneiform Digital Library Initiative

Professeur Robert K. Englund (UCLA)

La comptabilité et le système olfactif

le 9 janvier 2014 | par Philippe Roi et Tristan Girard

Par Philippe Roi(1), Tristan Girard(2), Jean-Daniel Forest(3)†, André Holley(4)

(1)Chercheur en Sciences Cognitives, spécialisé en Archéologie Cognitive ; (2)Chercheur en Sciences Cognitives ; (3)Spécialiste du Proche-Orient Ancien, Chercheur au CNRS, Enseignant à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; (4)Docteur d’État ès Sciences Naturelles, Professeur de Neurosciences et ancien Directeur du Laboratoire de Physiologie Neurosensorielle, CNRS.
Relecture :
Robert K. ENGLUND (Directeur de la Cuneiform Digital Library Initiative, Professeur d’Assyriologie à l’Université de Californie – UCLA).

À partir de 3500 avant notre ère, la concentration des personnes et des biens dans les premières cités suscite d’importants problèmes de gestion. La vie dans la plaine alluviale réclame l’importation de matériaux d’origine étrangère et il s’avère indispensable de contrôler les mouvements de ces produits, en d’autres termes de tenir une comptabilité. Depuis longtemps déjà, les Mésopotamiens façonnent des scellements et des jetons d’argile. Il est d’usage de les considérer comme les indices d’une économie complexe. Mais la réalité doit être plus nuancée (1).

La pratique du scellement remonte au 6e millénaire, comme en témoigne la découverte de nombreux spécimens dans le village de Tell Sabi Abyad en Syrie du Nord. Le procédé consiste à appliquer un morceau d’argile sur l’ouverture d’un récipient ou l’entrée d’un local, afin de garantir l’intégrité de son contenu. Le cachet qui sert à fixer une empreinte sur l’argile est souvent orné d’un motif, parfois figuratif, qui fait allusion à des forces surnaturelles en rapport avec les croyances de l’époque. Ainsi, l’action de sceller a pour seul objectif de dissuader les importuns. Elle n’exprime pas une volonté de constituer des archives, mais traduit cependant un renforcement de l’autorité d’un ou de plusieurs individus sur la communauté. L’usage des jetons est d’une nature différente. Il s’agit de petits objets, façonnés dans l’argile ou taillés dans la pierre, en forme de jarres, de pastilles, de croissants, de losanges ou de billes. Ils ont été associés au domaine économique lorsqu’on s’est aperçu qu’ils servaient à quantifier des actes. De nombreux échantillons ont été retrouvés dans la résidence du chef du village d’Abada, un hameau du 5e millénaire, situé dans la région du Hamrin (2). Regroupés en lots distincts, rangés dans des pots et dans des sacs, ces jetons servaient à mémoriser des engagements, dont ils définissaient le type par leurs formes et l’ampleur par leur nombre. Leur origine ne peut être économique, puisque des villageois n’ont aucun intérêt à conserver les traces d’échanges directs d’un bien contre un autre. Ces lots correspondent plus probablement à des opérations matrimoniales. Les communautés villageoises, trop restreintes pour assurer leur renouvellement sur leurs seuls effectifs, sont en effet contraintes de tisser des alliances avec les collectivités voisines. Cette pratique exogamique prend des formes diverses, mais n’acquiert une véritable souplesse que si l’échange est différé. La communauté qui reçoit une femme s’engage à en céder une autre lorsque le besoin s’en fait sentir. Entre-temps, cette communauté verse au donateur une dot, autrement dit une caution, pouvant être constituée de denrées, de bétail ou d’objets. Si l’épouse ne parvient pas à assurer une descendance à la famille d’accueil, elle est rendue à sa communauté d’origine et la caution doit être restituée (3). Cela explique l’utilité de mémoriser la dot avec des jetons.

Ces pratiques deviennent radicalement différentes à partir de la seconde moitié du 4e millénaire. Les cités-États qui se partagent le pays sont dirigées par des élites héréditaires, placées sous l’autorité d’un roi. Leurs administrations engendrent un si formidable mouvement de centralisation et de redistribution, qu’il devient nécessaire de développer de nouvelles techniques de gestion. L’ampleur et la diversité des opérations dépassent désormais les capacités de la mémoire et nécessitent des enregistrements pouvant être conservés sur de longues périodes. Dans un premier temps, les techniques du passé sont adaptées aux nécessités du moment. C’est le cas des jetons dont certaines formes anciennes représentent dorénavant des valeurs. Mais c’est avec la bulle d’argile que se propage la comptabilité. Une bulle est une enveloppe sphérique à l’intérieur de laquelle sont placés des jetons, appelés désormais calculi. Ils garantissent, lors du transport, la non-dépréciation de la qualité ou de la quantité des marchandises. Les impressions géométriques portées à la surface de la sphère correspondent aux jetons qu’elle contient. Elle peut ainsi être réemployée et ne se brise qu’en cas de litige lorsque l’on veut comparer les calculi aux marchandises. Les bulles se généralisent dans toute la Mésopotamie, l’Iran et la Syrie pendant la seconde moitié du 4e millénaire (4). En fait, elles se situent à la base de l’enregistrement comptable, la procédure complète étant la suivante : les bulles sont livrées avec les marchandises aux KUR (ouvriers), ERIM (travailleurs esclaves) et SZE NAM (employés chargés de surveiller et d’engraisser le bétail) qui les vérifient dans les AB (greniers des maisons collectives) et les TUR3 (enclos à bétail). Puis les bulles et leurs calculi sont transmis selon la nature des marchandises au GAL KISAL (le contremaître des greniers des maisons collectives), au DILMUN ZAG (le contremaître des magasins pour les échanges) et au GAL TUR3 (le contremaître des enclos à bétail), qui les enregistrent sur des DUB (tablettes d’argile d’environ dix centimètres de long sur cinq de large). Les DUB, regroupées dans des paniers, sont ensuite remises à un SANGA (administrateur). Celui-ci, assisté d’un élève dénommé SANGA TUR, les récapitule au verso de comptes plus longs, ancêtres des NIG2 KA9 AKA(les comptes courants à long terme sumériens). Ces derniers permettent de définir les quantités de marchandises stockées dans la Cité. Le GAL SANGA (l’administrateur en chef) se charge ensuite de les répartir entre les hauts fonctionnaires. Tout d’abord au NAMESHDA qui correspond à une très haute fonction à Uruk, du fait de sa première position dans la liste des métiers (cette charge mentionnée avec des mesures de grains signifie peut-être que cette personne était chargée de la redistribution) ; puis au NAM2 KAB, en deuxième position dans la liste des métiers, qui désigne un personnage jouissant d’un statut élevé sans doute chargé de superviser les travaux des champs si l’on se réfère aux importantes quantités de céréales attribuées à sa fonction (une meilleure lecture de la désignation KAB semble être TUKU [avoir] pouvant se traduire par « responsable des finances ») ; ensuite au NAM2 DI, troisième sur la liste des métiers, qui indique une autre personne de haut rang qui pourrait être chargée des tribunaux (DI signifiant en sumérien « justice ») ; après au NAM2 NAM2, quatrième sur la liste des métiers, qui désigne un haut personnage, peut-être un coordinateur de toutes les fonctions d’Uruk ; et enfin au NAM2 URU, cinquième nom dans la liste des métiers, qui désigne une autre personne figurant dans ce groupe de hauts responsables, dont les fonctions seraient comparables à celles d’un maire. Quand plusieurs tablettes – correspondant à ce qu’on appellera plus tard NIG2 KA9 AKA – sont disponibles, elles sont résumées sous la forme d’un rapport incluant les totaux et les sous-totaux, et parfois un total général qualifié par le signe NIGIN2 (représenté par un simple carré) qui est transmis au EN (le dirigeant, probablement le roi), personnage évoqué sous la forme d’un homme nu portant une barbe et un bonnet que l’on trouve à l’époque de l’Uruk récent. Cet EN est le plus haut responsable politique de la période si l’on se base sur son importance dans les textes de Jemdet Nasr, puisqu’il reçoit deux fois plus de champs cultivés que les cinq premiers hauts fonctionnaires réunis de son administration (5).

Le principe de la comptabilité étant décrit et replacé dans son contexte d’origine, il est intéressant de constater que sa conception repose sur les principes fondamentaux de l’olfaction. Repérer les richesses sensorielles de l’environnement, en faire l’inventaire, alerter la hiérarchie des organes nerveux d’exécution du comportement, sont en effet des rôles dévolus au nez et à l’odorat. Chez l’être humain, le système olfactif permet de déceler des substances d’un poids moléculaire suffisamment faible pour être volatile. Ces substances, conduites par la respiration vers la muqueuse olfactive, produisent des sensations que le cerveau perçoit comme des odeurs. Celles-ci se distinguent par leur qualité, leur intensité et leur dimension émotionnelle. Située dans la partie supérieure des fosses nasales, la muqueuse olfactive se développe sur 2 cm². Ses couches superficielles forment l’épithélium olfactif dans lequel s’intercalent plusieurs catégories de cellules, notamment les cellules réceptrices. Celles-ci – quelques millions par narine – sont des neurones bipolaires constitués d’un corps cellulaire renfermant un noyau, avec un prolongement très fin – ou axone – qui s’élève à travers la plaque cribriforme de l’os ethmoïde jusqu’au bulbe olfactif, et une terminaison dendritique (6) qui descend dans la profondeur de l’épithélium où sont situées les cellules basales. Ces dendrites sont pourvues d’un renflement porteur de cils qui baignent dans le mucus, un liquide aqueux humectant la surface externe de la muqueuse que sécrètent les glandes de Bowman. Les molécules odorantes qui atteignent l’épithélium entrent d’abord en contact avec le mucus, au sein duquel certaines se dissolvent, tandis que d’autres sont prises en charge par de petites protéines de transport. Ces dernières, appelées OBPs – Odorant Binding Proteins – sont constituées de feuillets qui forment une cavité hydrophobe à l’intérieur de laquelle se glissent les molécules odorantes pendant leur transfert à travers le mucus jusqu’aux récepteurs olfactifs (7). À ce stade, une première comparaison peut être faite entre une protéine de transport renfermant des odorants et une bulle d’argile contenant des calculi, car l’une et l’autre ont pour fonction de garantir, lors du transport, la non-dépréciation de la qualité et de la quantité des éléments qu’elles contiennent ou qu’elles représentent.

Une fois parvenues à proximité des récepteurs olfactifs, les OBPs se délestent des molécules odorantes qu’elles contiennent. Ces dernières se lient alors à des protéines réceptrices appelées chémorécepteurs – ou chimiorécepteurs – situées dans l’épaisseur de la paroi des cils des récepteurs olfactifs. Cette liaison des molécules odorantes aux chémorécepteurs s’opère par complémentarité de taille, de forme (8) et de fonction chimique, entraînant une cascade d’événements enzymatiques qui provoquent l’ouverture de canaux ioniques induisant la dépolarisation du récepteur olfactif puis l’émission d’un potentiel d’action (9). C’est ici qu’une deuxième comparaison peut être faite entre les récepteurs olfactifs – ou neurone sensoriel olfactif, ou NSOs – et le personnel urukéen réceptionnant les marchandises. En effet, les NSOs ne reconnaissent pas les molécules elles-mêmes, mais les configurations des atomes qui les composent. Ainsi, peuvent-ils être activés par différentes sortes de molécules odorantes, si elles partagent certains traits géométriques avec leurs chémorécepteurs et inversement. Un NSO ne livre donc qu’une information partielle sur la nature de la molécule captive. C’est en confrontant les données qui émanent de plusieurs récepteurs olfactifs que le cerveau est en mesure d’identifier correctement un odorant. En cela, l’action des NSOs est analogue à celle des employés des greniers, des magasins et des enclos, qui comparent les empreintes géométriques gravées sur les bulles d’argile à la nature et à la quantité des marchandises qui leur sont livrées. Comme les chémorécepteurs, ces préposés ont une vue partielle des biens qu’ils réceptionnent et ne savent apprécier que les produits dont ils ont la responsabilité. Une fois générés, les potentiels d’action se propagent le long des axones des NSOs. Ces derniers convergent par milliers dans le bulbe olfactif pour former de petites structures sphériques sans corps cellulaire, appelées glomérules. Situés à la périphérie des deux bulbes olfactifs, à l’avant du cerveau, les glomérules sont très spécialisés et ne regroupent que les axones des neurones dotés du même type de récepteur. Cette concentration leur permet d’estimer la somme des activités engendrées sur une plus grande surface de l’épithélium, et de la condenser pour la rendre plus perceptible, puisque pour mille axones qui entrent dans un glomérule, seule une dendrite en sort. À ce stade, une troisième comparaison peut être faite avec le système comptable urukéen. L’action des glomérules est en effet similaire à celle des contremaîtres qui ne recueillent que la nature et le volume des stocks des greniers, des magasins ou des enclos à bétail, dont ils ont la charge. De surcroît, des dizaines de milliers de calculi peuvent être enregistrés sur des centaines de petites tablettes ou DUB. Enfin, au même titre que l’information apportée par un neurone sensoriel olfactif ne subissant aucune modification et n’étant transmise qu’à un seul glomérule, l’information comptable apportée par le préposé d’un grenier, d’un magasin ou d’un enclos n’est pas modifiée et n’est remise qu’à un seul contremaître. Ainsi, l’information – qu’elle soit olfactive ou comptable – qui pénètre dans un glomérule ou chez un contremaître présente la même caractéristique de convergence. Cela étant, les influx olfactifs, amenés aux glomérules par les axones des neurones, sont dirigés vers le cerveau par l’intermédiaire des cellules mitrales. Ces dernières, assistées par les cellules granulaires, réalisent des opérations d’encodage sur les flux d’informations qu’elles reçoivent, autrement dit une réduction par compression, grâce à laquelle ces flux peuvent être transmis au cortex pour être perçus et interprétés par le cerveau. Une quatrième comparaison peut ainsi être faite avec le système comptable urukéen, puisqu’à l’instar des cellules mitrales et granulaires, les administrateurs – SANGA – et leurs élèves – SANGA TUR – se chargent de transcrire les centaines de DUB des contremaîtres, au recto de quelques dizaines de comptes courants – les NIG2 KA9 AKA – en réduisant les informations, pour ne conserver que la nature d’un produit ou d’une denrée, ainsi que leurs quantités, réparties sur la totalité des greniers, des magasins ou des enclos de la Cité.

Ainsi faits, les axones des cellules mitrales, réunis dans le tractus olfactif latéral, quittent ensuite les bulbes olfactifs pour atteindre une région corticale désignée comme le cortex olfactif primaire. Il est encore difficile de préciser sous quelle forme l’information olfactive s’exprime dans ce cortex. Néanmoins, il est certain que c’est à ce niveau que le flux d’informations change de représentation (10). Il se répartit ensuite dans l’encéphale, sur plusieurs aires du système limbique, comme l’amygdale, l’hippocampe, et les noyaux de l’hypothalamus et du thalamus. Certaines données indiquent que le cortex olfactif primaire n’envoie à ces régions qu’un certain échantillonnage du flux total d’information olfactive. Il est probable qu’elles ne reçoivent que ce dont elles ont besoin pour assurer leurs fonctions et redistribuer une partie de ce flux aux aires d’exécution qu’elles contrôlent. Là encore, une cinquième comparaison peut être faite avec le système comptable urukéen, puisque les comptes courants nous révèlent que l’administrateur en chef partage le stock des marchandises entre les hauts fonctionnaires, chacun ne percevant que les quantités qui lui sont nécessaires, avec pour mission de redistribuer une partie de ces quantités aux personnes qu’il gouverne.

Enfin, parmi les destinataires des informations diffusées par le cortex primaire, se trouve l’un des noyaux du thalamus dit médiodorsal, qui a pour projection une partie du cortex du lobe frontal. C’est vers une subdivision de ce cortex, que l’on appelle cortex orbito-frontal, que s’acheminent les messages olfactifs. Malgré l’interprétation incomplète du rôle de ce cortex, il semble que des informations d’origines diverses s’y confrontent lors de l’identification des odeurs. Cette voie thalamo-corticale n’est pas sans rappeler, et ce sera notre sixième comparaison, le parcours que suivent les données comptables depuis l’administrateur en chef – GAL SANGA – jusqu’au roi – EN – par l’intercession du haut fonctionnaire coordinateur de toutes les fonctions d’Uruk. Enfin, pour que la description des flux d’informations olfactives soit fidèle, il faut signaler la présence de nombreuses voies dites centrifuges, par lesquelles chaque étage du système olfactif rétroagit sur celui qui l’alimente. De même que l’administrateur en chef engage des investigations afin d’obtenir plus d’informations sur une marchandise, de nombreuses fibres centrifuges, originaires du cortex primaire, suivent à contresens les voies olfactives vers le bulbe pour aboutir aux cellules granulaires, qui participent à la mise en forme du message bulbaire. Ainsi le cortex primaire suscite une modification du message qui rend plus précise la discrimination de certaines odeurs.

NOTES
(1) Forest, J.-D. (1996).
(2) Abboud Jasim, S. (1983).
(3) Forest, J.-D. (1996).
(4) Englund, R.K. (1998) Glassner, J.-L. (2000) pp 87-112.
(5) Englund, R.K. (1998)(2004).
(6) Holley, A. (1999).
(7) Briand, L. et al. (2002).
(8) Malnic, B. et al. (1999).
(9) Buck, L.; Axel, R. (1991).
(10) Holley, A. (1999).

BIBLIOGRAPHIE DE LA COMPTABILITÉ
Abboud Jasim, S., ‘Excavations at Tell Abada – a Preliminary Report.’ Iraq. Vol. XLV Part 2. Published by the British Institute for the Study of Iraq (1983) p. 165.
Abusch, T., ‘Notes on a Pair of Matching Texts : A Sheperd’s Bulla and an Owner’s Receipt.’ Studies on the Civilization and Culture of Nuzi and the Hurrians, in Honor of Ernest R. Lacheman on His Seventy-fifth Birthday.Published by Eisenbrauns (April 29, 1981) pp. 1-9.
Amiet, P., ‘Approche physique de la comptabilité à l’époque d’Uruk – Les bulles-enveloppes de Suse.’ Préhistoire de la Mésopotamie. Colloque International du Centre National de la Recherche Scientifique. Éditions du CNRS (1987) pp. 331-344.
Beale, T.W., ‘Beveled Rim Bowls and their Implications for Change and Economic Organization in the Later Fourth Millennium B.C.’ Journal of Near Eastern Studies. Vol. 37/4. Published by The University of Chicago Press (1978) pp. 289-313.
Bruins, E. M.; and Rutten, M., Textes mathématiques de Suse. Published by MDP. Vol. 34 (1961). See ‘Around 30 mathematical tablets from late OB Susa, in SW Iran, with unsatisfactory and idiosycratic translation and commentary.’ Bibliotheca Orientalis. Vol. 21. Published by Netherlands Institute for the Near East (1964) pp. 44-50.
Collon, D., ‘Cylinder Seals in History. Period I, The Beginnings, before 3000 B.C.’ First Impressions. Cylinder Seals in the Ancient Near East. Published by the University of Chicago Press (1987) pp. 13-19.
Damerow, P., ‘Individual Development and Cultural Evolution of Arithmetical Thinking.’ Ontogeny, Phylogeny and Historical Development. Published by Praeger (1988) pp. 125-152.
Damerow, P.; Englund, R., Die Zahlzeichensystem der Archaischen Texten aus Uruk. Archaischen Texte aus Uruk. Éditions M. Green and H.J. Nissen (1987) pp. 117-166.
Delougaz, P.P.; Kantor, H.J., ‘New Evidence for the Prehistoric and Protoliterate Culture development of Khuzestan.’ The Memorial Volume of the Vth International Congress of Iranian Art and Archaeology: Tehran – Isfahan – Shiraz (11th-18th April 1968). Ministère de la Culture et des Arts (1972) pp. 14-33.
Diakonoff, I.M., ‘Some Reflexions on Numerals in Sumerian towards a History of Mathematical Speculations.’ Journal of the American Oriental Society. Vol. 103/1. Published by the American Oriental Society (1983) pp. 78-98.
Dolce, R., ‘Ebla before the achievement of Palace G culture: an evaluation of the Early Syrian Archaic Period.’ Proceedings of the 4th International Congress of the Archaeology of the Near East, 29 March – 3 April 2004, Freie Universität Berlin. Vol. 2. Social and Cultural Transformation: The Archaeology of Transitional Periods and Dark Ages. Excavation Reports. Kühne, H.; Czichon, R.M. and Kreppner, F.J, (ed.) Harrassowitz Verlag (2008) pp. 65-80.
Edzard, D.O., ‘Eine altsumerische Rechentafel (OIP 14, 70).’ lishan mithurti, Festschrift von Soden. Éditions W. Röllig (1969) pp. 101-104.
Englund, R.K., ‘Accounting in Proto-Cuneiform.’ The Oxford Handbook of Cuneiform Culture. Published by Oxford University Press (2011) pp. 32-50.
Englund, R.K., ‘Administrative Timekeepting in Ancient Mesopotamia.’ Journal of the Economic and Social History of the Orient. Vol. 31/2. Published by Brill (1988) pp. 121-185.
Englund, R.K., ‘An Examination of the ‘Textual’ Witnesses to Late Uruk World Systems.’ A Collection of Papers on Ancient Civilizations of Western Asia, Asia Minor and North Africa. Y. Gong and Y. Chen (ed.) (2006) pp. 1-38.
Englund, R.K., ‘Grain Accounting Practices in Archaic Mesopotamia.’ Changing Views on Ancient Near Eastern Mathematics. Published by Dietrich Reimer Verlag (2001) pp. 1-35.
Englund, R.K., ‘Proto-Cuneiform Account-Books and Journals.’ Creating Economic Order: Record-keeping, Standardization and the Development of Accounting in the Ancient Near East. Published by CDL Press (2004) pp. 23-46.
Englund, R.K., ‘Texts from the Late Uruk Period.’ Mesopotamien : Späturuk-Zeit und Frühdynastische Zeit. Orbis Biblicus et Orientalis. Vol. 160/1. Universtätsverlag, Vandenhoeck & Ruprecht (1998) pp. 151-233.
Forest, J.-D., ‘Gestion.’ Mésopotamie, L’apparition de l’État. Éditions Paris-Méditerranée (1996) pp. 150-163.
Friberg, J., ‘Mathematik.’ Reallexikon der Assyriologie und Vorderasiatischen Archäologie. Published by Walter de Gruyter (1990) pp. 531-585.
Friberg, J., Babylonian mathematics. The history of mathematics from antiquity to the present: a selective bibliography. Published by Garland (1987-90) pp. 37-51.
Glassner, J.-J., ‘Les idées reçues : l’origine comptable de l’écriture cunéiforme.’ Écrire à Sumer. Éditions du Seuil (2000) pp. 87-112.
Hoyrup, J., ‘Algebra and Naive Geometry. An Invention of some Basic Aspects of Old Babylonian Mathematical Thought.’ Altorientalische Forschungen. Vol. 17. Akademie Verlag (1993) pp. 27-69 ; 262-354.
Hoyrup, J., ‘Investigations of an early Sumerian division problem.’ Historia Mathematica. Vol. 9. Published by Elsevier (1982) pp. 19-32.
Hoyrup, J., In Mesure, Number and Weight. Studies in Mathematic and Culture. Published by State University of New York Press (1994) pp. 45-57.
Ifrah, G.; Bello, D., The Universal History of Numbers : from Prehistory ot the Invention of Computer. Published by John Wiley & Sons (2000) pp. 23-46 ; 77-90.
Lieberman, S.J., ‘Of Clay Pebbles, Hollow Clay Balls, and Writing : a Sumerian View.’ American Journal of Archaeology. Vol. 84/3. Published by the Archaeological Institue of America (1980) pp. 339-358.
Liverani, M., Uruk, The First City. The Administration of a Complex Economy. Published by Equinox Publishing Ltd (2006) pp. 32-52.
Maisels, C.K., ‘Corporate Citizenship.’ The Emergence of Civilization. From hunting and gathering to agriculture, cities, and the state in the Near East. Published by Routledge (1999) pp. 169-172.
Margueron, J.-C., ‘Le temps des calculi.’ Les Mésopotamiens. Éditions Picard (2003) pp. 362-366.
Nissen, H .J ; Damerow, P.; Englund, R.K., Archaic Bookkeeping – Writing and Techniques of Economic Administration in the Ancient Near East. Translated by Paul Larsen. Published by The University Chicago Press (1993) pp. 125-151.
Opeinheim, A.L., ‘On an Operational Device on Mesopotamian Bureaucracy.’ Journal of Near Eastern Studies. Vol. 18. Published by the University of Chicago Press (1959) pp. 121-128.
Poincaré, H., ‘L’invention mathématique.’ Les Grands Classiques Gauthiers-Villars. Éditions Jacques Gabay (1993) pp. 141-151.
Pollock, S., Ancient Mesopotamia, The Eden that Never was. Published by Cambridge University Press (2008) pp. 78-115.
Powell, M.A., ‘Metrology and mathematics in ancient Mesopotamia.’ Civilizations of the ancient Near East III. Published by Scribner (New York 1995) pp. 1941-1958.
Powell, M.A., Sumerian numeration and metrology. University Microfilms. Vol. 72/14. Published by UMI (1971) p. 445.
Powell, M.A., Masse und Gewichte, in Reallexikon der Assyriologie VII. Published by De Gruyter (1987-1990) pp. 457-530.
Robson, E., From Uruk to Babylon: 4500 years of Mesopotamian mathematics. História e Educação Matemática – Proceedings I (1996) pp. 35-44.
Schmandt-Besserat, D., ‘The Token System of the Ancien Near East : its Role in Counting, Writing, the Economy and Cognition.’ The Archaeology of Measurement. Published by Cambridge University Press (Cambridge 2010) pp. 27-34.
Schmandt-Besserat, D., Strings of Tokens and Envelopes. How Writing Came About. Published by University of Texas Press (1996) pp. 39-54.
Woods, C., ‘Visible Language, Inventions of Writing in the Ancient Middle East and Beyond.’ Oriental Institute Museum Publication, Number 32. Published by The Oriental Institute of the University of Chicago (2010) pp. 29-69.

BIBLIOGRAPHIE DU SYSTÈME OLFACTIF
Adrian, E.D., ‘Olfactory reactions in the brain of the hedgehog.’ The Journal of Physiology. Vol. 100/4. Published by Cambridge University Press (1942) pp. 459-473.
Aristote, ‘L’olfaction’. De l’âme. II, 9. Texte établi par A. Jannone. Traduction et notes de Barbotin. Éditions Les Belles Lettres (1995) pp. 57-58.
Aristotle, ‘The Sense of Smell.’ Aristotle. In Twenty-Three Volumes. VIII. On the Soul. With an english translation by W.S. Hett. Published by the Harvard University Press (1957) pp. 121-125.
Aubaile-Sallenave, F., ‘Le Souffle des Parfums : un essai de classification des odeurs chez les Arabo-musulmans.’ Odeurs et parfums. D. Musset et C. Fabre-Vassas. Éditions du CTHS (1999) pp. 93-115.
Ayer-Le Lièvre, C., ‘Développement du Système olfactif principal.’ Physiologie sensorielle à l’usage des IAA. Éditions TEC & Doc Lavoisier (2004) pp. 59-89.
Baccino, T.; Cabrol-Bass, D.; Candau, J.; Meyer, C.; Sheer, T.; Vuillaume, M.; Wathelet, O., ‘Sharing an Olfactory Experience: The Impact of Oral Communication.’ Food Quality and Preference. Vol. 21/5. Published by Elsevier (2010) pp. 443-452.
Bartoshuk, L.M.; Beauchamp, G.K., ‘Chemical senses.’ Annual Review of Psychology. Vol. 45. Published by Annual Reviews (1994) pp. 419-449.
Bear, M.F.; Connors, B.W.; Paradiso, M.A.; Nieoullon, A., ‘Olfaction.’ Neurosciences. À la découverte du cerveau. 2e édition. Éditions Pradel (2002) pp. 275-287.
Beauchamp, G.K.; Katahira, K.; Yamazaki, K.; Mennela, J.A.; Bard, J; Boyse, E.A., ‘Evidence suggesting that the Odortypes of Pregnant Women are a Compound of Maternal and Fetal Odortypes.’ Proceeding of the National Academy of Sciences. Vol. 92/7. Published by the National Academy of Sciences of the United States of America (1995) pp. 2617-2621.
Bossy, J., ‘Voies olfactives.’ Anatomie clinique. Neuro-anatomie. Éditions Springer-Verlag France (1990) pp. 412-414.
Brand, G., L’olfaction de la molécule au comportement. Éditions Solal (2001).
Brand, G.; Millot, J.L.; Henquell, D., ‘Olfaction and Hemispheric Asymmetry: Unilateral Stimulation and Bilateral Electrodermal Recordings.’ Neuropsychobiology. Vol. 39/3. Published by Karger (1999) pp. 160-164.
Brand, J.G.; Bruch, R.C., ‘Molecular Mechanisms of Chemosensory Transduction : Gustation and Olfaction.’ Fish Chemoreception, Fish & Fisheries Series. Vol. 6. Published by Chapman & Hall (1992) pp. 126-149.
Brand, J.G.; Teeter, J.H.; Cagan, R.; Kare, M.R., Chemical Senses : Receptor Events and Transduction in Taste and Olfaction. Published by Dekker (1989).
Brennan, P.; Kaba, H.; Keverne, E.B., ‘Olfactory Recognition: a Simple Memory System.’ Science. Vol. 250/4985. Published by AAAS (November 1990) pp. 1223-1226.
Briand, L.; Eloit, C.; Nespoulous, C.; Bézirard, V.; Huet, J.-C.; Henry, C.; Blon, F.; Trotier, D.; Pernollet, J.-C., ‘Evidence of an Odorant-Binding Protein in the Human Olfactory Mucus: Location, Structural Characterization, and Odorant-Binding Properties.’ Biochemistry. Vol. 41/23. Published by BioMed Central (2002) pp. 7241-7252.
Brossut, R., Phéromones. La Communication Chimique chez les Animaux. Éditions du CNRS (1997).
Buck, L.; Axel, R., ‘A Novel Multigene Family may encode Odorant Receptors: a Molecular Basis for Odor Recognition.’ Cell. Vol. 65/1. Published by Cell Press (April 5, 1991) pp. 175-187.
Buonviso, N.; Amat, C.; Litaudon, P.; Roux, S.; Royet, J.-P.; Farget, V.; Sicard, G., ‘Rhythm sequence through the olfactory bulb layers during the time window of a respiratory cycle.’ European Journal of Neuroscience. Vol. 17. Published by the Federation of European Neuroscience Societies (2003) pp. 1811-1819.
Buonviso, N.; Chaput, M.A.; Scott, J.W., ‘Mitral cell-to-glomerulus connectivity: an HRP study of the orientation of mitral cell apical dendrites.’ The Journal of comparative neurology. Vol. 307/1. Published by the Wistar Institute of Anatomy and Biology (1991) pp. 57-64.
Buonviso, N.; Revial, M.F.; Jourdan, F., ‘The Projections of Mitral Cells from Small Local Regions of the Olfactory Bulb: An Anterograde Tracing Study Using PHA-L (Phaseolus vulgaris Leucoagglutinin).’ The European journal of neuroscience. Vol. 3/6. Published on behalf of the European Neuroscience Association by Oxford University Press (1991) pp. 493-500.
Buonviso, N.; Chaput, M.A.,‘Response similarity to odors in olfactory bulb output cells presumed to be connected to the same glomerulus: electrophysiological study using simultaneous single-unit recordings.’ Journal of neurophysiology. Vol. 63/3. Published by the American Physiological Society (1990) pp. 447-454.
Buser, P.; Imbert, M., ‘L’olfaction.’ Psycho-physiologie sensorielle, Neurophysiologie fonctionnelle II.Éditions Hermann (1982) pp. 339-381.
Cain, W.S., ‘Bilateral Interaction in Olfaction.’ Nature. Vol. 268. Published by Nature Publishing Group (1977) pp. 50-52.
Candau, J., ‘Shared memory, odours and sociotransmitters or: ‘Save the interaction!’’ Outlines. Critical Practice Studies. Vol. 2. Published by Aarhus Universitet (2010) pp. 29-42.
Candau, J., ‘Un sens méconnu.’ Mémoire et Expériences Olfactives : Anthropologie d’un savoir-faire Sensoriel. Éditions Presses Universitaires de France (2000) pp. 9-32.
Candau, J., ‘Quel partage des savoirs et savoir-faire olfactifs.’ Sentir. Pour une anthropologie des odeurs. Éditions L’Harmattan (2004) pp. 59-76.
Candau, J., Fragrances, du Plaisir au Désir. Éditions Jeanne Laffitte (2002).
Candau, J., The Olfactory Experience: constants and cultural variables. Water Science & Technology. Vol. 49/9. Published by IWA Publishing (2004) pp. 11-17.
Candau, J.; Wathelet, O., ‘Les catégories d’odeurs en sont-elles vraiment ?’ Pour une linguistique des odeurs, Paris. Langages Vol. 181. Éditions Armand Colin (2011) pp. 37-52.
Chaput, M.; Holley, A., ‘Olfactory Bulb Responsiveness to Food Odour during Stomach Distention in the Rat.’ Chemical Senses. Vol. 2/2. Published by Oxford University Press (1976) pp. 189-201.
Classen, C.; Howes, D.; Synnott, A., Aroma: the Cultural History of Smell. Published by Routleedge (1995).
Condillac, ‘Des opérations de l’entendement dans un homme borné au sens de l’odorat.’ Traité des Sensations, Traité des Animaux. Éditions Fayard (1984) pp. 17-36.
Conzelmann, S.; Levai, O.; Bode, B.; Eisel, U.; Raming, K.; Breer, H.; Strotmann, J., ‘A novel brain receptor is expressed in a distinct population of olfactory sensory neurons.’ The European Journal of neuroscience. Vol. 12. Published by Wiley-Blackwell (2000) pp. 3926-3934.
Corbin, A., Le Miasme et la Jonquille. Éditions Flammarion (1998).
Davidson, R.J.; Irwin, W., ‘The Functional Neuroanatomy of Emotion and Affective Style.’ Trends in Cognitive Sciences. Vol. 3/1. Published by Elsevier Science (1999) pp. 11-21.
DeMaria, S.; Ngai, J., ‘The cell biology of smell.’ Journal of Cell Biology. Vol. 191/3. Published by the Rockefeller University Press (2010) pp. 443-452.
Dhallan, R.S.; Yau, K.W.; Schrader, K.A.; Reed, R.R., ‘Primary structure and functional expression of a cyclic nucleotide-activated channel from olfactory neurons.’ Nature. Vol. 347/6289. Published by Nature Publishing Group (1990) pp. 184-187.
Doty, R.L., Handbook of Olfaction and Gustation. Doty, R.L. (ed.) Published by CRC Press (2003).
Doty, R.L., ‘Olfactory Communication in Humans.’ Chemical Senses. Vol. 6/4. Published by Oxford University Press (1981) pp. 351-376.
Doty, R.L.; Gregor, T.P.; Settle, R.G., ‘Influence of intertrial interval and sniff-bottle volume on phenyl ethyl alcohol odor detection thresholds.’ Chemical Senses. Vol. 11/2. Published by Oxford University Press (1986) pp. 259-264.
Dryer, L.; Berghard, A., ‘Odorant receptors : a plethora of G-protein-coupled receptors.’ Trends in Pharmacological Sciences. Vol. 20/10. Published by Elsevier (1999) pp. 413-417.
Dulau, R.; Pitte, J.R., Géographie des Odeurs. Éditions L’Harmattan (1999).
Ehrlichman, H.; Bastone, L., ‘Olfaction and emotion.’ Science of Olfaction. M. Serby & K.L Chobor (ed.) Published by Springer-Verlag (1992) pp. 410-438.
Engen, T., ‘La Mémoire des Odeurs.’ La Recherche. N° 207. Éditions Sophia Publications (1989) pp. 170-177.
Engen, T., ‘The acquisition of odour hedonics.’ Perfumery: the Psychology and Biology of Fragrance. G.H. Van Toller & G.H Dodd (ed.) Chapman & Hall (1988) pp. 79-90.
Engen, T., The Perception of Odors. Published by Academic Press (1982).
Faivre, H., Odorat et Humanité en Crise à l’Heure du Déodorant parfumé. Éditions L’Harmattan (2003).
Fan, J.; Francis, F.; Liu, Y.; Chen, J.L.; Cheng, D.F., ‘An Overview of Odorant-Binding Protein Functions in Insect Peripheral Olfactory Reception.’ Genetic and Molecular Research. Vol. 10/4. Published by The Ribeirão Preto Foundation for Scientific Research (FUNPEC) (December 8, 2011) pp. 3056-3069.
Felten, D.L.; Józefowicz, R.F.; Netter, F.H., ‘Le nerf olfactif et les nerfs de la cavité nasale.’ Atlas de Neurosciences humaines de Netter. Éditions Elsevier Masson (2007) pp. 210.
Felten, D.L.; Józefowicz, R.F.; Netter, F.H., ‘Les voies olfactives.’ Atlas de Neurosciences humaines de Netter. Éditions Elsevier Masson (2007) pp. 298.
Firestein, S., ‘How the olfactory system makes sense of scents.’ Nature. Vol. 413. Nature Publishing Group (2001) pp. 211-218.
Firestein, S.; Shepherd, G.M.; Werblin, F.S., ‘Time course of the membrane current underlying sensory transduction in salamander olfactory receptor neurones.’ The Journal of Physiology. Vol. 430. Published by Cambridge University Press (1990) pp. 135-158.
Freeman, W., Mass Action in Nervous System. Published by Academic Press (1975).
Fulbright, R.K.; Skudlarski, P.; Lacadie, C.M.; Warrenburg, S.; Bowers, A.A.; Gore, J.C.; Wexler, B.E., ‘Functional MR Imaging of Regional Brain Responses to Pleasant and Unpleasant Odors.’ American Journal of Neuroradiology. Vol. 19/9. Published by the American Society of Neuroradiology (1998), pp. 1721-1726.
Getchell, T.V.; Bartoshuk, L.M.; Doty, R.L.; Snow, J.B., Smell and Taste in Health and Disease. Published by Raven Press (1991) pp. 851-862.
Ghozland, F.; Fernandez, X.; de Feydeau, E., L’herbier parfumé : Histoires humaines des plantes à parfum. Éditions Plume de carotte (2010).
Gibbons, B., ‘The Intimate Sense of Smell.’ National Geographic Magazine. Vol. 170/3. Published by National Geographic Society (1986) pp. 324-361.
Haberly, L.B., ‘Neuronal circuitry in olfactory cortex : anatomy and functional implications.’ Chemical Senses. Vol. 10/2. Published by Oxford University Press (1985) pp. 219-238.
Hajjar, E.; Perahia, D.; Débat, H.; Nespoulous, C.; Robert, C.H., ‘Odorant-binding and Conformational Dynamics in the Odorant-binding Protein.’ The Journal of Biological Chemistry. Vol. 281/40. Published by The American Society for Biochemistry and Molecular Biology, Inc. (2006) pp. 29929-29937.
Hanaway, J.; Woosley, T.A.; Gado, M.H.; Roberts, M.P., ‘Voies olfactives.’ Atlas du cerveau. Un guide visuel du système nerveux central humain. Éditions De Boeck Université (2001) p. 204.
Henion, K.E., ‘Odor Pleasantness and Intensity: a Single Dimension?’ Journal of Experimental Psychology. Vol. 90/2. Published by the American Psychological Association (1971) pp. 275-279.
Holley, A., ‘Système olfactif et neurobiologie.’ Terrain. Revue d’éthnologie de l’Europe. Vol. 47 URL : http://terrain.revues.org/4271 ; DOI : 10.4000/terrain.4271 (2006) pp. 107-122.
Holley, A., Éloge de l’odorat. Éditions Odile Jacob (1999).
Holley, A.; Sicard, G., ‘Les récepteurs olfactifs et le codage neuronal de l’odeur.’ Médecine Sciences. Vol. 11/10. Éditions EDK (1994) pp. 1091-1098.
Hudson, R.; Distel, H., ‘Regional autonomy in the peripheral processing of odor signals in newborn rabbits.’ Brain Research. Vol. 421/1-2. Published by Elsevier (1987) pp. 85-94.
Imbert, M., ‘La sensibilité olfactive.’ Traité du cerveau. Éditions Odile Jacob (2006) pp. 276-288.
Jacquet , C., ‘L’esprit qui nous vient par le nez : Condillac et la statue.’ Philosophie de l’odorat. Éditions Presses Universitaires de France (2010) pp. 367-394.
Jehl, C.; Royet, J.P.; Holley, A., ‘Role of Verbal Encoding in Short – and Long – Term Odor Recognition.’ Perception and Psychophysics. Vol. 59/1. Published by Springer (1997) pp. 100-110.
Jourdan, F.; Duveau, A.; Astic, L.; Holley, A., ‘Spatial distribution of [14C]2-deoxyglucose uptake in the olfactory bulb of rats stimulated with two different odours.’ Brain Research. Vol. 188/1. Published by Elsevier (1980) pp. 139-154.
Kamina, P., ‘Voies olfactives.’ Anatomie clinique. Tome 5. Éditions Maloine (2008) pp. 78-81.
Kirk-Smith, M.D.; Van Toller, S.; Dodd, G.H., ‘Unconscious Odour Conditioning in Human Subjects.’ Biological Psychology. Vol. 17/2-3. Published by Elsevier (September-November 1983) pp. 221-231.
Krautwurst, D.; Yau, K.W.; Reed, R.R., ‘Identification of ligands for olfactory receptors by functional expression of a receptor library.’ Cell. Vol. 95/7. Published by Cell Press (1998) pp. 917-926.
Kurahashi, T., ‘Activation by odorants of cation-selective conductance in the olfactory receptor cell isolated from the newt.’ The Journal of Physiology. Published by Cambridge University Press (1989) Vol. 419, pp. 177-192.
Lacazette, E.; Gachon, A.-M.; Pitiot, G., ‘A novel Human Odorant-Binding Protein Gene Family resulting from Genomic Duplicons at 9q34: Differential Expression in the Oral and Genital Spheres.’ Human Molecular Genetics. Vol. 9/2. Published by Oxford University Press (2000) pp. 289-301.
Lardellier, P., A Fleur de Peau. Corps, Odeurs, Parfums. Éditions Belin (2003).
Lazorthes, G., ‘Le sens de l’odorat.’ L’Ouvrage des Sens. Éditions Flammarion (1986) pp. 47-78.
Le Bon, A.-M.; Tromelin, A.; Thomas-Danguin, T.; Briand, L., ‘Les récepteurs olfactifs et le codage des odeurs.’ Cahiers de Nutrition et de Diététique. Vol. 43/6. Éditions Elsevier Masson (2008) pp. 282-288.
Le Guérer, A., ‘Un sens mal aimé.’ Les Pouvoirs de l’Odeur. Éditions Odile Jacob (2005) pp. 252-262.
Li, X.; Lu, D.; Liu X.; Zhang, Q.; Zhou, X., ‘Ultrastructural Characterization of Olfactory Sensilla and Immunolocalization of Odorant-Binding and Chemosensory Proteins from an Ectoparasitoid Scleroderma Guani (Hymenoptera: Bethylidae).’ International Journal of Biological Sciences. Vol. 7/6. Published by Ivyspring (2011) pp. 848-868.
Lu, X.-C.M.; Slotnick, B.M., ‘Olfaction in Rats with Extensive Lesions of the Olfactory Bulbs : Implications for Odor Coding.’ Neuroscience. Vol. 84/3. Published by Elsevier (1998) pp. 849-866.
Malnic, B.; Hirono, J.; Sato,T.; Buck, L.B., ‘Combinatorial Receptor Codes for Odors.’ Cell. Vol. 96. Published by Cell Press (1999) pp. 713-723.
Marieb, E.N., ‘Epithélium de la région olfactive et odorat.’ Anatomie et physiologie humaines. Adaptation de la 6e édition américaine par R. Lachaîne. Éditions Pearson Education France (2005) pp. 575-577.
Marieb, E.N.; Hoehn, K., ‘The Olfactory Epithelium and the Sense of Smell.’ Human Anatomy and Physiology. Seventh Edition. Published by Pearson Education (2004) pp. 578-580.
McClintock, M., ‘Menstrual Synchrony and Suppression.Nature. Vol. 229/5282. Published by Nature Publishing Group (1971) pp. 244-245.
Meierhenrich, U.J.; Golebiowski, J.; Fernandez, X., ‘De la molécule à l’odeur. Les bases moléculaires des premières étapes de l’olfaction.’ L’Actualité Chimique. Recherche et développement. N° 289. Éditions de la Société Chimique de France (2005) pp. 29-40.
Menini, A.; Lagostena, L.; Boccaccio, A., ‘Olfaction : From Odorant Molecules to the Olfactory Cortex.’ News Physiological Sciences. Vol. 19/3. Published by International Union of Physiological Sciences and the American Physiological Society (2004) pp. 101-104.
Picimbon, J.-F., ‘Les péri-récepteurs chimiosensoriels des insectes.’ Médecine Sciences. Vol. 18. Éditions EDK (2002) pp. 1089-1094.
Pritchard, T. C.; Alloway, K.D., ‘Overview of Olfaction.’ Medical Neuroscience. First Edition. Fence Creek Publishing (1999) pp. 266-272.
Pritchard, T. C.; Alloway, K.D., ‘Vue d’ensemble de l’olfaction.’ Neurosciences médicales. Les bases neuroanatomiques et neurophysiologiques. Éditions De Boeck Université (2002) pp. 319-326.
Proust, B., ‘Vous avez dit odeur ?’ Petite géométrie des parfums. Éditions du Seuil (2006) pp. 11-20.
Purves, D.; Augustine, G.J.; Fitzpatrick, D.; Hall, W.C.; Lamantia, A.-S.; McNamara, J.O., ‘The Organization of the Olfactory System.’ Neuroscience. Third Edition. Published by Sinaur Associates, Inc. (2004) pp. 337-354.
Purves, D.; Augustine, G.J.; Fitzpatrick, D.; Hall, W.C.; Lamantia, A.-S.; McNamara, J.O., ‘L’organisation du système olfactif.’ Neurosciences. 3e édition. Éditions De Boeck Université (2005) pp. 337-354.
Ramus, S.J.; Eichenbaum, H., ‘Neural Correlates of Olfactory Recognition Memory in the Rat Orbitofrontal Cortex.’ The Journal of Neuroscience. Vol. 20/21. Published by Society for Neuroscience (2000) pp. 8199-8208.
Rindisbacher, H. J., The Smell of Books: A Cultural-historical Study of Olfactory Perception in Literature. Published byUniversity of Michigan Press (1992).
Ronnet, G.V.; Moon, C., ‘G Proteins and Olfactory Signal Transduction.’ Annual Review of Physiology. Vol. 64. Published by Annual Reviews (2002) pp. 189-222.
Sauvageot, A., ‘L’olfaction.’ L’épreuve des sens. De l’action sociale à la réalité virtuelle. Éditions Presses Universitaires de France (2003) pp. 57-59.
Schoenbaum, G.; Setlow, B., ‘Integrating Orbitofrontal Cortex into Prefrontal Theory : Common Processing Themes across Species and Subdivisions.’ Learning Memory. Vol. 8. Published by Cold Spring Harbor Laboratory Press (2001).
Sicard, G.; Holley, A., ‘Receptor Cell Responses to Odorants: Similarities and Differences among Odorants.’ Brain Research. Vol. 292/2. Published by Elsevier (1984) pp. 283-296.
Stoddart, D.M., The Ecology of Vertebrate Olfaction. Published by Chapman and Hall (1980).
Stoller, P., The taste of Ethnographic Things: The Senses in Anthropology. Published by University of Pennsylvania Press (1989).
Treolar, H.B.; Feinstein, P.; Mombaerts, P.; Greer, C.A., ‘Specificity of Glomerular Targeting by Olfactory Sensory Axons.’ The Journal of Neuroscience. Vol. 22/7. Published by The Society for Neuroscience (2002) pp. 2469-2477.
Trotier, D., ‘Détection et codage de l’information des molécules odorantes par les neurones olfactifs.’ Physiologie sensorielle à l’usage des IAA. Éditions TEC & Doc Lavoisier (2004) pp. 45-57.
Vassar, R.; Chao, S.K.; Sitcherau, R.; Nunez, J.M.; Vosshall, L.B.; Axel, R., ‘Topographic Organization of Sensory Projections to the Olfactory Bulb.’ Cell. Vol. 79/6. Published by Cell Press (1994) pp. 981-991.
Vernet-Maury, E.; Alaoui-Ismaïli, O.; Dittmar, A.; Delhomme, G.; Chanel, J., ‘Basic emotions induced by odorants: a new approach based on autonomic pattern results.’ Journal of the Autonomic Nervous System. Vol. 75/2-3. Published by Elsevier (1999) pp. 176-183.
Vieira, F.G.; Sánchez-Garcia, A.; Rozas, J., ‘Comparative Genomic Analysis of the Odorant-Binding Protein Family in 12 Drosophila Genomes : purifying Selection and Birth-and-Death Evolution.’ Genome Biology. Vol. 8/11/R235. Published online by BioMed Central (2007).
Young, J.M.; Trask, B.J., ‘The sense of smell : genomics of vertebrate odorant receptors.’ Human Molecular Genetics. Vol. 11/10. Published by Oxford University Press (2002) pp. 1153-1160.

TABLE DES ILLUSTRATIONS
Illustration de la ‘page à la une’ : Montage photographique et modification par infographie. Girard, T. d’après deux images originales de Woods, C. 2012. ‘New Technology and the Earliest Writing.’ The Oriental Institute – News & Notes. No.215 Fall 2012. Published by The Oriental Institute of the University of Chicago. P 6. Fig 10 et P 7. Fig 13. © The Oriental Institute of the University of Chicago.
1) (à gauche) Girard, T. Forest, J.-D. (en haut à droite) A ; B ; C respectivement. Scellements de Khirbet Derak. Breniquet, C. 1996. La disparition de la culture de Halaf. P 208. Planche 56. Fig 4. ; P 207. Planche 55. Fig 3. ; P 209. Planche 57. Fig 4. Courtoisie de l’auteur. (en bas à droite) Sceau-cylindre : AN1964.744 Cylinder Seal © Ashmolean Museum, University of Oxford. Déroulé du sceau-cylindre : Forest, J.-D. 1996. Mésopotamie. P 124. Fig 39. Courtoisie de Nathalie Gallois-Forest.
2) Abboud Jasim. 1983. S. Excavations at Tell Abadah. A preliminary report. P 174. Fig 7. Courtoisie du British Institute for the Study of Iraq (Gertrude Bell Memorial). A) Abboud Jasim. 1983. S. Excavations at Tell Abadah. A preliminary report. Plate XXIII. Fig a. Courtoisie de l’auteur.
3) (à gauche) Liste des calculi. Girard, T. Forest, J.-D. (en haut à droite) Bulle et jetons d’argile. © R.M.N. Musée du Louvre. (en bas à droite) A) Image 3D par tomographie numérique d’une boule d’argile de Choga Mish. The Oriental Institute. 2012. Woods, C. New Technology and the earliest writing. P 6. Fig 9. Avec l’aimable autorisation de l’éditeur ; B) encoches géométriques réalisées avec deux calames sur la surface d’une bulle d’argile. Girard, T. Forest, J.-D.
4) A) Tablettes numériques urukéennes : CDLI n° P001182, n° P001252, n° P001203, n° P001239. © Vorderasiatisches Museum. Berlin. Germany. B) CDLI n° P005369 R/V et n° P005375 R/V. © Collection Land. Berlin. Germany. C) CDLI n° P005362 verso. © Musée du Louvre. Paris. France.
5) Girard, T. Roi, P. Englund, R.K. Torse d’une statuette d’Uruk représentant « EN » le roi. Troisième quart du 4e millénaire. © Iraq Museum. Bagdad.
6) (à gauche) Organisation du système olfactif chez l’homme. Girard, T. Roi, P. D’après Purves, D. et al. 2005. Neurosciences. P 338. Fig 14.1 a et b. Savic, I. et al. 2001. (en haut et en bas, à droite) Girard, T. D’après Hajjar, E. et al. 2006. Odorant Bindind and conformational Dynamics in the Odorant-binding Protein. Vol 281/40. Fig 2.
7) A et B) Girard, T. D’après Faurion, A. 2004. Structures des protéines réceptrices olfactives. P 49. Fig 4. C) Girard, T. D’après Malnic, B. et al. 1999. Combinatorial Receptor Codes for odors. Vol 96. P 720. Fig 8. D) Demaria, S. Ngai, J. 2010. The cell biology of smell. Vol 191/3. P 446. Fig 3. © 2010 DeMaria and Ngai. Originally published in Journal of Cell Biology. 191:443-452. doi: 10.1083/jcb.201008163.
8) (à gauche) Girard, T. d’après Bear, M.F. 2002. Neurosciences. P 283. Fig 8.18. B) Holley, A. Neurosciences et Olfactions. UCB-CNRS UMR 5020. D’après Valverde et al. 1992. Courtoisie de l’auteur. (à droite) Holley, A. Neurosciences et Olfactions. UCB-CNRS UMR 5020. Courtoisie de l’auteur.
9) A) Girard, T. D’après Bear, M.F. 2002. Neurosciences. P 283. Fig 8.18. B) Holley, A. Neurosciences et Olfactions. UCB-CNRS UMR 5020. Courtoisie de l’auteur. C Girard, T. D’après Ramus, S.J. et Eichen, H. 2000. Neural correlates of olfactory recognition memory in the rat orbitofrontal cortex. Vol 20/21. P 8204. Fig 5.
10) Organisation du système olfactif chez l’homme. Girard, T. Roi, P. Holley, A.
11) Image 3D par tomographie numérique d’une boule d’argile de Choga Mish. The Oriental Institute. 2012. Woods, C. New Technology and the Earliest Writing. P 6. Fig 9. Avec l’aimable autorisation de l’éditeur. OBP, d’après Hajjar, E. et al. 2006. Odorant Bindind and conformational Dynamics in the Odorant-binding Protein. P 29932. Fig 2.

 

© 2013. La Théorie Sensorielle.

Sommaire

La Théorie Sensorielle sur les réseaux sociaux scientifiques